Article

La check-list pour un onboarding réussi

Date :

En période d’essai, 1 cadre sur 3 démissionne à cause d’un onboarding raté. Pour éviter de perdre des talents inutilement, l’intégration doit nécessairement être pensée pour bien accueillir vos nouveaux collaborateurs. En les aidant à se sentir à l’aise et en leur donnant les infos et outils nécessaires, vous réduisez le risque de départs prématurés et vous boostez également leur productivité. De plus, cela permet de créer des liens et de motiver les nouveaux venus dès le début.

Qu’est-ce qu’un onboarding ?

Comme toujours dans le monde de l’entreprise, les anglicismes sont de mise !

On peut traduire littéralement onboarding par embarquement. C’est l’intégration d’un nouveau collaborateur sur le plan administratif, matériel mais surtout humain. Le terme anglais « onboarder » capture bien cette idée : il s’agit de faire en sorte que la personne soit « embarquée » dans la mission et les valeurs de l’entreprise.

Selon une étude menée par Workelo, le risque de départ d’une nouvelle recrue augmente de 80% lors d’une intégration ratée. Et c’est d’autant plus vrai pour les jeunes talents. Ces derniers, sans réelle expérience professionnelle, ont tendance à subir les premières semaines en entreprise comme une énorme vague de stress. S’il ne se sentent pas bien, à cause d’un onboarding qui n’est pas fait dans les règles de l’art, ils ont tendance à partir, avant même la fin de leur période d’essai.

Imaginez votre nouveau collaborateur comme un explorateur qui découvre un nouveau territoire : vous devez le guider, l’accompagner et l’intégrer progressivement dans un nouvel univers professionnel. L’onboarding consiste à faciliter cette transition en aidant le nouvel arrivant à s’adapter, à se sentir à l’aise et à comprendre sa place au sein de l’équipe.

C’est un moment d’échange et de partage où l’on doit présenter non seulement les procédures et les informations nécessaires au collaborateur fraîchement arrivé, mais aussi la culture de l’entreprise, ses valeurs et ses attentes. C’est lors de l’onboarding qu’il apprend à connaître ses collègues, à comprendre comment fonctionnent les différents services et à se familiariser avec les outils dont il aura besoin pour réussir dans son nouveau rôle.

Quels sont les avantages d’un onboarding de collaborateur réussi ?

S’assurer d’une bonne intégration pour vos nouveaux collaborateurs, c’est aussi bénéfique pour l’entreprise. Pour les organisations qui jouent le jeu de l’onboarding réussi, on observe :

  • Une réduction du turnover : une bonne intégration aide les nouveaux employés à se sentir bien accueillis et soutenus, ce qui diminue le risque de départs précoces et les coûts associés au recrutement et à la formation de remplaçants.
  • Une augmentation de la productivité : en fournissant aux nouvelles recrues les outils, les ressources et les informations nécessaires dès le départ, elles peuvent devenir productives plus rapidement.
  • De l’engagement et de la motivation : un onboarding structuré renforce l’engagement des employés en les aidant à comprendre leur rôle dans l’organisation et en leur montrant que l’entreprise investit dans leur réussite.
  • Une meilleure intégration culturelle : en présentant clairement la culture, les valeurs et les attentes de l’entreprise, l’onboarding facilite une intégration harmonieuse et réduit les malentendus potentiels.
  • Une amélioration de la communication : une intégration efficace établit des canaux de communication clairs et ouverts entre les nouveaux arrivants et leurs collègues, ainsi qu’avec la direction.
  • Un développement des compétences : les formations initiales et le mentorat permettent aux nouveaux employés d’acquérir les compétences nécessaires pour exceller dans leur poste.
  • Une satisfaction au travail : lorsque les employés se sentent bien intégrés et soutenus, leur satisfaction et leur moral au travail augmentent, ce qui peut conduire à une meilleure performance globale.

En somme, un onboarding bien conçu contribue non seulement au bien-être et à la rétention des nouveaux employés, mais aussi au succès et à la croissance de l’entreprise.

Comment réussir son process d’onboarding ?

Pour maîtriser l’art d’onboarder vos collaborateurs, il y a des étapes à suivre. Qu’importe le profil qui vous rejoint, cette check-list vous assure d’intégrer vos nouveaux employés comme il se doit :

Préparer le terrain avant l’arrivée

  • Communication préalable : envoyez un email de bienvenue avec des informations utiles sur le premier jour (horaires, dress code, etc.). Cela permet de réduire le stress et de montrer qu’on attend leur arrivée avec impatience.
  • Poste de travail prêt : assurez-vous que tout est en place avec un ordinateur configuré, un accès aux outils nécessaires et un espace de travail propre et accueillant.

Créer un accueil chaleureux le premier jour

  • Bienvenue personnalisée : accueillez le nouvel arrivant en personne, présentez-le à l’équipe et organisez un tour des locaux. Un petit déjeuner d’équipe peut aussi faire des merveilles !
  • Kit de bienvenue, aussi appelé « starter pack » : préparez un kit avec des goodies de l’entreprise, un guide de bienvenue, et tout ce qui peut aider à se sentir à l’aise et apprécié.

Faciliter l’intégration sociale et culturelle

  • Mentorat et parrainage : associez chaque nouvelle recrue à un mentor ou parrain pour l’accompagner dans ses premiers pas, répondre à ses questions et l’aider à s’intégrer socialement.
  • Présentation de la culture d’entreprise : expliquez clairement les valeurs, la mission et la vision de l’entreprise. Partagez des anecdotes et des exemples concrets pour illustrer ces points.

Former et informer efficacement

  • Programme de formation structuré : mettez en place des sessions de formation pour familiariser le nouvel arrivant avec les outils, les processus et les attentes du poste. Assurez-vous que ces formations sont bien planifiées et accessibles.
  • Documentation accessible : fournissez des guides, manuels et ressources en ligne que le nouveau collaborateur peut consulter à son rythme pour approfondir ses connaissances.

Suivre et soutenir la progression

  • Réunions régulières : organisez des points réguliers avec le nouveau salarié pour discuter de ses progrès, répondre à ses questions et ajuster les attentes si nécessaire.
  • Feedback constructif : donnez des retours réguliers et constructifs pour aider le nouveau collaborateur à s’améliorer et à se sentir valorisé.

Encourager la socialisation et la collaboration

  • Activités d’équipe : planifiez des activités de team building et des déjeuners d’équipe pour favoriser les liens sociaux et créer une ambiance conviviale.
  • Réseautage interne : encouragez la nouvelle recrue à rencontrer des collègues d’autres départements pour élargir son réseau et comprendre le fonctionnement global de l’entreprise.

Évaluer et ajuster le process

  • Retour d’expérience : demandez au nouvel arrivant son avis sur le process d’onboarding après quelques mois. Utilisez ces retours pour améliorer continuellement le programme.
  • Flexibilité et adaptation : chaque personne est différente, donc n’hésitez pas à adapter l’onboarding en fonction des besoins spécifiques de chaque nouveau collaborateur.

En suivant ces étapes, vous vous assurez que chaque nouvelle recrue se sent bien intégrée, soutenue, et prête à donner le meilleur d’elle-même. C’est bénéfique pour tout le monde : les employés sont heureux et l’entreprise en tire profit !

Bonus : l’offboarding

L’offboarding, c’est le processus de gestion du départ d’un employé d’une entreprise. C’est l’ensemble des démarches administratives, logistiques et humaines effectuées pour assurer une transition en douceur lorsqu’un collaborateur quitte son poste. Contrairement à l’onboarding, qui vise à intégrer les nouveaux employés, l’offboarding se concentre sur la conclusion de la relation de travail de manière positive et structurée.

Les étapes clés de l’offboarding comprennent :

  • Entretien de départ : il s’agit de discussions formelles pour comprendre les raisons du départ et obtenir des retours sur l’expérience au sein de l’entreprise. Ces informations peuvent être précieuses pour améliorer les pratiques et la culture d’entreprise.
  • Gestion administrative : cette étape inclut la récupération des équipements (ordinateur, badge, téléphone), la révocation des accès aux systèmes et aux informations sensibles ainsi que la finalisation des aspects financiers, comme le calcul du solde de tout compte par exemple.
  • Transfert de connaissances : il faut s’assurer que les connaissances et les responsabilités de l’employé partant soient bien transférées à d’autres membres de l’équipe ou à son remplaçant. Cela peut inclure la documentation des projets en cours et des processus.
  • Aspect humain : dire au revoir de manière respectueuse et conviviale, organiser éventuellement une petite fête de départ et exprimer de la reconnaissance pour les contributions de l’employé. Cela contribue à laisser une impression positive.

Un offboarding bien géré permet non seulement de protéger l’entreprise contre les risques potentiels, mais aussi de maintenir des relations positives avec les anciens employés. Ces derniers peuvent devenir des ambassadeurs de l’organisation et même revenir y travailler dans le futur.

Il est malheureusement encore trop mis de côté par les entreprises, malgré son enjeu.

Article

Pourquoi choisir les formations en e-learning pour votre entreprise ?

Date :

Vous hésitez à vous lancer dans l’e-learning ? À l’opposé des méthodes traditionnelles de formation en présentiel, l’e-learning révolutionne la manière d’enrichir ses connaissances. Il s’intègre parfaitement dans le processus de digitalisation des processus RH en entreprise. Pourquoi choisir les formations en e-learning pour votre entreprise ? Découvrez 8 arguments clés qui vont vous convaincre de choisir ce mode de formation sans jamais le regretter.

Une formation en e-learning, c’est quoi ?

Une formation en e-learning est une formation digitale qui est proposée 100 % en ligne. Autrement dit, à distance et sur support numérique. 

L’apprenant suit les enseignements de l’endroit qu’il souhaite, sans être physiquement présent. 

Les modules d’e-learning sont asynchrones. Ils sont consultables n’importe quand. 

Bon à savoir : lorsque le format de la formation est court, on parle de micro learning.

À noter : l’e-learning s’oppose aux formations traditionnelles en présentiel. Un format hybride peut aussi être proposé, qui allie présentiel et distanciel : le blended learning.

1. Une formation e-learning s’adapte à toutes les contraintes des salariés

Énorme avantage de la formation e-learning : elle s’adapte à toutes les contraintes de lieu et de temps. 

  • Elle est accessible depuis n’importe quel support : ordinateur, tablette, téléphone.
  • Elle est accessible partout : les formations peuvent être visionnées en France et partout dans le monde. Par exemple, dans les locaux de l’entreprise, chez l’apprenant, sur son lieu de vacances, dans les transports en commun… Ce qui représente un avantage particulièrement bénéfique lorsque vos équipes sont réparties dans plusieurs zones géographiques, qu’elles soient en télétravail ou en full remote.
  • Elle est flexible : elle s’adapte à tous les emplois du temps. Les contenus pédagogiques peuvent être consommés en une ou plusieurs fois. Ils peuvent même être visionnés plusieurs fois si l’apprenant a besoin de reprendre une notion.

Avec le digital learning, vos talents se forment à leur rythme, sur leurs heures de travail ou en-dehors. 

2. Une formation e-learning vous permet de faire des économies

Les formations à distance permettent de diminuer vos coûts de formation. Son fonctionnement est bien moins onéreux qu’une formation en présentiel.

Elles s’affranchissent : 

  • De locaux.
  • De formateurs physiques.
  • De frais de déplacement des salariés.
  • Éventuellement de frais de restauration et d’hébergement.
  • De supports papier de formation.

Avec l’e-learning, vous ne payez que le contenu de formation dont vous avez réellement besoin

Par exemple, Evocime, un organisme de formation reconnu, propose 3 modalités de financement pour digitaliser votre parcours de formation

  • Par abonnement : vous choisissez une ou plusieurs thématiques et vous avez accès à tout le catalogue de formation d’Evocime.
  • L’achat individuel de module de formations : en fonction de vos besoins réels en formation à un instant T.
  • Sur devis : pour créer des modules de formation sur-mesure.

3. Une formation e-learning est centralisée dans un LMS

Si vous vous lancez dans l’apprentissage en ligne, vous ne passerez pas à côté de l’utilisation d’une plateforme de digital learning, LMS (Learning Management System).

Cet outil incontournable vous permet de : 

  • Diffuser vos modules de formation.
  • Centraliser tous vos modules de formation en un endroit unique.
  • Gérer l’ensemble de votre catalogue de formation : 
    • Ajout.
    • Suppression.
    • Mise à jour.

Plusieurs acteurs sur le marché proposent des LMS. En voici quelques-uns : 

  • Moodle.
  • TalentLMS.
  • Docebo.
  • SAP Litmos, 
  • Blackboard.
  • Digiforma…

Les prix proposés dépendent des paramètres choisis pour votre plateforme : 

  • Fonctionnalités.
  • Nombre d’utilisateurs.
  • Nombre de cours à héberger.
  • Solution de déploiement : API ou en SaaS. 

Bon à savoir : de nombreux logiciels RH, dont le SIRH, sont compatibles avec une plateforme d’e-learning. Vous centralisez ainsi tout votre écosystème RH en un seul outil.

4. Une formation e-learning augmente l’engagement des apprenants

Le format proposé à vos apprenants joue favorablement sur son engagement à se former et à faire évoluer ses compétences

  • Un format court permet d’intégrer plus facilement un module de formation dans son emploi du temps.
  • Un objectif pédagogique clair par session de visionnage est plus facile à atteindre.
  • Des notions découpables sont visionnables plusieurs fois et favorisent la rétention des connaissances. 
  • Des quiz, des cas concrets, des vidéos, des chats, des webinaires permettent de vivre une expérience ludique, immersive et interactive. 

En d’autres termes, l’e-learning casse les codes des apprentissages traditionnels et capte avec succès l’attention et l’engagement des collaborateurs.

5. Une formation e-learning garantit une uniformité des savoirs

En proposant de suivre un parcours de formation en e-learning, vous garantissez à l’ensemble de vos apprenants : 

  • Une uniformité de la formation : ils reçoivent le même contenu de formation, peu importe leur emplacement et le moment de connexion.

Un contenu à jour : les modules de présentation stockés dans votre LMS sont accessibles à tout moment par les e-formateurs, ce qui permet une mise à jour régulière de la formation proposée.

6. Une formation d’e-learning offre une expérience d’apprentissage

Vous avez tout à gagner en améliorant l’expérience de formation de vos apprenants. Le gain de temps et la simplicité offerts par l’e-learning sont des marqueurs forts pour améliorer et fluidifier son expérience utilisateur

Votre marque employeur s’en trouve favorablement impactée. Tout comme vos chances de fidéliser vos meilleurs talents.

7. Les formations e-learning permettent de suivre les progrès de vos salariés

Les plateformes d’e-learning offrent des outils intégrés pour : 

  • Suivre les progrès des apprenants.
  • Évaluer leurs performances et le niveau acquis.
  • Générer des rapports détaillés.

Votre service RH pourra ainsi suivre plus facilement les KPI de formation qu’il s’est fixé.

8. La digitalisation des formations est respectueuse de l’environnement

En optant pour des cours 100 % en ligne, vous adoptez une démarche en phase avec votre politique RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises) : 

  • Réduction de l’empreinte carbone liée à l’absence de déplacements.
  • Préservation des ressources naturelles en bannissant l’utilisation du papier (pas de support de formation).

Formation e-learning, ce qu’il faut retenir

Opter pour le e-learning présente de nombreux avantages pour les entreprises : 

  1. Accessibilité et flexibilité des modules de formation.
  2. Coûts réduits.
  3. Efficacité et engagement des employés.
  4. Centralisation des ressources de formation.
  5. Uniformité du niveau de connaissances et de compétences.
  6. Meilleure expérience d’apprentissage.
  7. Meilleur suivi des KPI RH.
  8. Respect de l’environnement et préservation des ressources naturelles.

En somme, l’e-learning est un mode de formation particulièrement adapté aux exigences du monde professionnel moderne. Pour un parcours de formation efficace, n’hésitez plus et faites le choix de cours 100 % en ligne.

Article

Comment construire des parcours de formation efficaces en entreprise ?

Date :

La formation continue tient une place essentielle en entreprise pour maintenir l’employabilité des salariés à leur plus haut niveau. Dans un monde où tout évolue très vite, il est fondamental que tous les talents soient en mesure de maintenir leur compétence à jour en les intégrant dans un plan de formation. Mais proposer des formations de qualité, c’est aussi un moyen de miser sur le potentiel de ses collaborateurs et de le fidéliser. Les avancées technologiques ont permis de proposer une offre de formation diversifiée. La digitalisation permet un apprentissage à distance, plus rapide et impactant. Comment construire des parcours de formation efficaces en entreprise ? Découvrez nos 5 astuces pour satisfaire les besoins des collaborateurs et ceux de votre organisation.

1. Faire le point sur le parcours de formation de chaque collaborateur

Un parcours de formation, c’est un programme qui liste et planifie dans le temps des formations. C’est une sorte de fil rouge qui peut être commun à toute l’entreprise ou personnalisé par le salarié.

Il a pour objectif pédagogique d’améliorer les compétences techniques et comportementales des salariés, au service de l’entreprise. 

Le parcours de formation est établi par l’employeur. Toutefois, le collaborateur peut être acteur de sa formation. Il est libre d’en suggérer à son manager.

Pour le mettre en place, plusieurs étapes sont nécessaires : 

  • Évaluer le besoin en formation des talents. Par exemple, lors des entretiens annuels. 
  • Concevoir le programme de formation idéal pour répondre aux attentes de l’entreprise et du collaborateur. Il peut concerner des sujets métier. Par exemple, les dernières techniques de vente, le marketing digital, la prise en main d’outils… Mais aussi des sujets communs à toute une entreprise comme : 
    • Le droit du travail.
    • La Responsabilité Sociale d’une Entreprise (RSE).
    • L’hygiène et la sécurité en entreprise.
    • La corruption.
  • Mettre en œuvre le parcours de formation :
    • S’équiper d’un outil performant.
    • L’enrichir de modules.
  • Suivre l’avancée des formations proposées
  • Mettre en place une évaluation des compétences acquises. Parfois même proposer une certification.

2. Investir dans une plateforme de digital learning pour proposer des parcours de formation digitalisés

Une plateforme de digital learning, LMS (Learning Management System), est un outil incontournable de la formation à distance. C’est une plateforme de diffusion qui vous permet de piloter toutes les formations proposées à vos salariés en un seul endroit

Pourquoi faire du digital learning ? Les atouts du LMS sont nombreux : 

  • Côté employeur, il vous permet de : 
    • Centraliser tous les contenus de formation.
    • Enrichir votre offre de formation en chargeant de nouveaux modules de formation.
    • Mettre à jour les modules existants.
    • Suivre les progrès des apprenants.
    • Offrir un parcours de formation personnalisé.
    • Réduire vos coûts de formation. Vous n’aurez plus besoin d’un formateur régulièrement présent dans l’entreprise. Vous pouvez moduler l’achat de contenus en fonction de vos besoins (abonnement, par capsule).
  • Côté collaborateur, il leur permet de : 
    • Suivre les formations sélectionnées à tout moment et de n’importe où grâce à des accès personnalisés.
    • Vivre une expérience d’apprentissage immersive avec des quiz, des vidéos et des cas pratiques. L’expérience collaborateur ne peut s’en trouver que renforcée.

Bon à savoir : pour centraliser tous vos outils RH et créer un écosystème unique, votre plateforme de digital learning LMS peut s’intégrer à votre SIRH.

À noter : le prix d’un LMS dépend de plusieurs facteurs comme les fonctionnalités utilisées, le nombre d’utilisateurs ou le type de déploiement (cloud ou on-premise). Voici quelques exemples de fournisseurs auprès desquels vous pouvez demander des devis : Moodle, TalentLMS, Docebo, SAP Litmos, Blackboard…

3. Enrichir le parcours de formation avec des capsules de courtes durées

Optimiser le temps de formation est un défi pour chaque employeur. À la clé, des économies de temps et d’argent. On parle de rapid learning

Les parcours de formation en ligne s’adaptent à ces enjeux. Pour preuve, 1 heure de formation en ligne équivaut à 7 heures de formation en présentiel.

Pour répondre aux besoins concrets des apprenants, il est fondamental de choisir les bonnes ressources. Les modules doivent être à jour, innovants et impactants. Ils doivent refléter les dernières tendances et être proposés sous un format court.

C’est à ces défis que répondent les capsules de micro-learning du Créative Lab d’Evocime pour digitaliser les parcours de formation

Chaque capsule : 

  • Porte sur un sujet défini, découpé en 3 modules de formation de 5 minutes (15 minutes au total par capsule).
  • Vise des objectifs pédagogiques clairement établis.
  • Propose un synopsis détaillé, des contenus e-learning dynamiques, des missions et des activités, des liens pour approfondir le sujet.
  • Permet de s’évaluer à l’issue du temps de formation. 

Bon à savoir : les capsules d’Evocime s’intègrent à de nombreux LMS.

4. Adapter l’offre de formation aux besoins réels de l’entreprise

L’organisme de votre choix doit proposer un catalogue de formation qui répond à toutes vos attentes. 

Chez Evocime, les sujets sont élaborés par des e-formateurs. Ils sont variés : 

  • RH.
  • Soft skills.
  • Réglementation sociale.
  • Pédagogie.
  • RSE.
  • Outils numériques.
  • Green.
  • Ect.

À noter : si vous avez besoin d’une formation spéciale qui ne figure pas au catalogue, n’hésitez pas à contacter Evocime. Vous pourrez voir ensemble comment personnaliser votre contenu.

5. Proposer un plan de formation adapté aux nouvelles méthodes de travail

Les traditionnelles méthodes de formation professionnelle en présentiel, synchrone, ne répondent plus aux usages de notre époque dans un monde où le télétravail a pris une grande place.

La digitalisation des parcours de formation apparaît alors comme la solution efficace pour combiner nouvelles méthodes de travail et montée en compétences des talents. 

Mais en fonction de la culture de votre entreprise et de ses besoins, vous pouvez mixer les méthodes de formation

  • 100 % en ligne : e-learning. Les formations peuvent être suivies en tout lieux et à n’importe quel moment.
  • Combiner des moments en présentiel avec un formateur et à distance : le blended learning.
  • Proposer des mises en situation professionnelle : le serious game
  • Se présenter sous un format d’apprentissage court : le micro learning.
  • Synchrone : sur le temps de travail.

Asynchrone : formation suivie au rythme de l’apprenant.

Parcours de formation, ce qu’il faut retenir

Un parcours de formation en entreprise est un outil stratégique pour développer le capital humain, favoriser l’innovation et maintenir la compétitivité de l’entreprise.

Il doit aussi permettre de répondre aux aspirations de développement professionnel des employés. Notamment pour les faire monter en compétences et maintenir leur employabilité au plus haut niveau.

Pour atteindre ces objectifs pédagogiques, les formations proposées doivent alors être : 

  • Digitalisées.
  • Personnalisées.
  • Courtes. 
  • Suivies à distance.

Une certification peut venir attester de connaissances acquises par le collaborateur.

Article

Intelligence Artificielle : où en sommes-nous ? Rencontre avec Jacques Rodet, expert de l’IA

Date :

Dans cet article, nous faisons un tour d’horizon de l’Intelligence artificielle en 2024. Grâce à un échange avec Jacques Rodet, expert de l’IA et formateur chez Evocime, nous en comprenons l’intérêt, les enjeux ainsi que les avantages.

Groupe de femmes de plusieurs âges, joueuses d'équipes sportives, dans une salle de sport célébrant la victoire avec motif graphique

Présentation de Jacques Rodet

Jacques Rodet intervient dans le domaine de la formation professionnelle depuis 35 ans dans des organisations privées et publiques, de la TPE/PME aux multinationales, en tant que collaborateur, manager, formateur, directeur d’organisme de formation, maitre de conférences, chef de projet R&D en ingénierie pédagogique et tutorale, consultant.

Peu avant les années 2000, alors qu’il dirige un centre de formation spécialisé en PAO, il se forme à l’ingénierie de la formation à distance auprès de la Télé-université du Québec. Il ressort major de sa promotion de DESS  tout en complétant à Paris 8 un diplôme universitaire de formateurs d’adultes (DUFA). Il commence alors son activité de consultant.

Il s’est particulièrement intéressé à ce que devenait la relation pédagogique lorsque le formateur et les apprenants n’étaient plus en coprésence. Il a formulé de nombreuses propositions et modélisations de la pratique de l’accompagnement des apprenants. Il est reconnu pour son expertise sur le tutorat à distance et a publié plusieurs livres sur le sujet (L’ingénierie tutorale. Pratiques tutorales, livret d’interventions. Le tutorat à distance illustré).

C’est en 2017, qu’il a commencé à collaborer avec Evocime. De la réflexion menée sur l’évolution des métiers de la formation est né, entres autres, le parcours e-formateur. Aujourd’hui, il intervient pour Evocime sur des missions de conseil en ingénierie pédagogique et sur l’intelligence artificielle générative. A ce titre, il participe à la conception de scénarios pédagogiques sur des métiers en émergence ou profondément renouvelés tels que manager de projet de formation assisté par l’IA.

Par ailleurs, il accompagne des organisations dans l’élaboration de leur stratégie d’IA générative. Il a également conçu des modules sur les usages de l’IA générative pour les différents métiers de la formation professionnelle. Enfin, il accompagne les équipes d’Evocime dans l’adoption de nouveaux outils qu’il a conçus tels que le chronogramme, le PédagoGRAPH ou SDL pour situer son digital learning.

Qu’est-ce qu’on fait avec l’IA ?

Depuis ses débuts il y a plus de 60 ans, l’intelligence artificielle poursuit le même but : imiter l’intelligence humaine grâce à des algorithmes.

Ses domaines d’application sont nombreux et variés. On peut dire que l’IA fait déjà partie de nos vies. Prenons l’exemple de la médecine. L’IA est capable d’analyser des milliers d’images médicales en quelques secondes, détectant des anomalies que même les experts humains pourraient manquer.

Une bonne manière de repérer ce que l’IA peut faire pour nous, est d’examiner ce que nous ne savons pas faire, ne pouvons pas faire, ne voulons pas faire.

Aujourd’hui les outils d’IA générative sont à la portée de chacun. Chat GPT en est le plus représentatif. Ces outils génèrent, c’est-à-dire qu’ils s’appuient sur des données existantes pour en produire de nouvelles. Ce peut être des textes, des images, de la musique, de la vidéo.

Où est ce qu’on en est avec l’IA générative ?

Chaque semaine, de nouveaux outils basés sur différents modèles de langages sont mis à disposition du public. Il est donc assez vain de vouloir en fixer un panorama définitif.

Ce qui se dessine pour cette année 2024, c’est d’une part une concurrence accrue entre les éditeurs, chacun voulant prendre l’avantage par le développement de nouvelles fonctions et d’autre part l’intégration de l’IA dans nos outils du quotidien. Par exemple Copilot de Microsoft est intrinsèquement lié aux autres logiciels de cet éditeur tout comme Gemini l’est avec les autres outils de Google.

L’un des enjeux pour les organisations est maintenant de définir, à partir des usages de leurs collaborateurs, une réelle politique IA. Ainsi, pour les organismes de formation, sélectionner les outils d’IA à utiliser pour la conception pédagogique et la production de ressources et en vérifier la plus-value tant quantitative que qualitative sont des actions à mener.

Est-ce que l’IA remplace le formateur ?

C’est ce que certains éditeurs voudraient nous laisser croire. Le formateur serait devenu inutile. De tout temps, certains technicistes ont eu pour obsession d’éjecter l’humain du processus formatif. Cela a été le cas avec le e-learning du début du 21e siècle, c’est le cas aujourd’hui avec l’IA générative.

Si l’IA peut contribuer à la conception d’une formation et que ses résultats sont souvent supérieurs à ceux d’un non professionnel de la formation, le formateur expérimenté n’a aucun mal à produire une formation de qualité supérieure à ce que fait l’IA.

Par ailleurs, l’IA n’est pas en mesure de donner une formation à moins de limiter cette dernière aux seules connaissances en négligeant les aspects socio-affectifs et motivationnels du processus d’apprentissage.

L’IA ne remplace pas le formateur. Il s’agit pour le formateur de vérifier les résultats obtenus par l’IA et d’utiliser celle-ci pour faire plus vite ce qu’il sait faire.

Comment l’IA peut assister un expert de contenu ?

Le concepteur pédagogique, qui ne peut posséder une expertise sur l’ensemble des sujets sur lesquels il bâtit des formations s’appuie habituellement sur un expert. Avec les outils d’IA générative, il peut être tentant de se passer de l’expert humain mais cela se traduirait le plus souvent par une perte de qualité.

En revanche, Il existe d’autres utilisations de l’IA pour le concepteur pédagogique dans sa relation avec l’expert. La première est de soumettre à l’expert le résultat proposé par l’IA sur le contenu à traiter. Se servant de cette version martyre le travail de l’expert est facilité et plus rapide. Une autre utilisation est de soumettre la production de l’expert à l’IA à des fins d’analyse afin de vérifier si elle est alignée aux objectifs pédagogiques.

Plutôt que d’utiliser l’IA pour remplacer l’humain, il est plus profitable de s’en servir pour permettre à l’humain d’être plus efficace.

La cob, la cobo, la cobotique : qu’est-ce-que c’est ?

A l’origine, la cobotique désigne la manière dont les robots et les humains travaillnt ensemble à la réalisation d’une tâche. Aujourd’hui elle peut être comprise comme la répartition des tâches entre un être humain et un outil d’intelligence artificielle.

Son intérêt notionnel est de ne pas opposer l’IA et les hommes mais de proposer une méthode pour identifier la répartition des tâches entre eux. Pour ce faire, il s’agit de repérer ce que l’humain ne peut pas faire, ne sait pas faire ou ne veut pas faire puis d’examiner quel outil d’IA prendra en charge la tâche et d’évaluer si le transfert de celle-ci à l’IA revêt une plus-value.

Par exemple, un chatbot entrainé sur le contenu d’une formation peut répondre 24/24 h aux questions des apprenants contrairement à un tuteur humain. Il reste à vérifier que le temps de travail du tuteur qui a été économisé soit réinvesti pour d’autres tâches de soutien inaccessibles à l’IA.

Comment bâtir une stratégie d’IA ?

Actuellement, environ 10% de la population utilise l’IA générative et le plus souvent de la propre initiative des individus sans qu’une stratégie IA de leur entreprise n’aient été définie.

Viendrait-il à l’idée d’une DSI de laisser chaque collaborateur choisir d’utiliser l’outil bureautique qui a sa préférence ? Bien évidemment, non. Il devrait en être de même pour l’IA générative.

Il s’agit pour l’entreprise de s’engager de manière résolue dans une démarche qui consiste dans un premier temps à acculturer à l’IA générative, puis de proposer des actions permettant à l’ensemble des collaborateurs de se former à la rédaction des prompts et à l’utilisation de quelques outils. A partir de ces expériences, organiser des ateliers afin que chaque métier identifie les tâches qui pourraient être confier à l’IA ? C’est sur la base des conclusions de ces ateliers que la direction est en mesure de définir les outils d’IA à acquérir, les budgets, les règles d’utilisation, la gestion des risques, etc.

Comment rédiger un bon prompt ?

Un prompt, c’est une instruction ou une question que l’on donne à un outil d’IA générative afin qu’il puisse générer un texte, une image, une musique ou une vidéo.

La qualité du résultat fourni par l’IA générative est directement liée à la qualité du prompt. Le prompt doit être clair, non ambigüe, et rédiger de manière précise. L’introduction de différents éléments dans le prompt tels que le rôle de l’IA, l’objectif visé, la tâche à réaliser, les contraintes, le format de la réponse souhaité, le contexte, la tonalité ou des exemples est utile pour obtenir des propositions pertinentes.

Plutôt que de demander la génération d’un scénario pédagogique, il est préférable d’utiliser un prompt pour chacune des tâches aboutissant à la production d’un scénario pédagogique.

C’est par la pratique que l’on devient un meilleur prompteur, bien plus qu’en utilisant les prompts créés par d’autres. A noter qu’il est possible de demander l’IA générative d’améliorer un prompt ou d’en suggérer la structure.

Est-ce que l’IA peut voler mon emploi ?

Une des craintes ressenties par beaucoup est celle de perdre son emploi car il serait confié à une intelligence artificielle.

Si les scénarios de science-fiction mettent fréquemment en scène des IA devenues dominantes des hommes, il faut bien admettre, à la suite des chercheurs en IA, que cette vision reste du domaine du fantasme.

L’histoire nous montre qu’à chaque saut technologique quelques emplois disparaissent, quelques autres sont créés et que l’immense majorité se transforment. Il ne s’agit pas tant de craindre de se voir remplacer par une IA que de repenser son travail.

Par exemple, si une IA permet aux apprenants d’obtenir des réponses à leurs questions sur le contenu de leur formation, cette tâche retranchée à l’activité du formateur permet à ce dernier d’avoir le temps d’un accompagnement plus personnalisé sur les plans méthodologique, motivationnel ou socio-affectif.

Il appartient à chacun de réexaminer ses tâches professionnelles, d’identifier celles à confier à l’IA et celles nouvelles qu’il pourrait accomplir pour améliorer la qualité de son travail.

Comment l’IA peut nous faire gagner du temps ?

Tous les jours, nous sommes nombreux à ressentir le manque de temps pour faire tout ce que nous aimerions faire. Est-ce que l’IA pourrait nous faire gagner du temps ?

Le bénéfice le plus manifeste de l’utilisation d’outils d’IA générative est effectivement le gain de temps. Alors qu’un bon rédacteur met environ 15 mn pour produire un texte d’une page, un chatbot mettra 15 secondes ou moins. Il peut donc être tentant d’utiliser l’IA en remplacement d’un journaliste, d’un enseignant, d’un romancier, d’un photographe, d’une vidéaste, d’un musicien… Toutefois, ceux qui procèdent de la sorte aboutissent en général à une production dont la qualité est moyenne, peu originale.

Deux utilisations de l’IA permettent de gagner du temps sans incidence négative sur la production. La première est d’utiliser les propositions de l’IA en amont du travail humain visant à améliorer cet apport initial. La seconde est de soumettre sa production à l’IA afin de lui faire analyser les améliorations à apporter.

Ces deux méthodes font effectivement gagner du temps.

Comment l’IA générative va évoluer ?

Chaque jour de nouveaux outils d’IA apparaissent et viennent s’ajouter aux milliers existants. Les éditeurs se livrent à une lutte acharnée pour imposer leurs solutions et dominer le marché. Cette concurrence est une des raisons du foisonnement d’outils que l’on connaît depuis l’apparition de Chat GPT et cela va continuer

Sans jouer à l’oracle, il est probable qu’en 2024, la plupart des outils actuels vont bénéficier d’améliorations et seront disponibles dans de nouvelles versions. Des fonctionnalités d’IA vont être intégrées dans les logiciels et outils que nous utilisons quotidiennement. Des outils métiers vont également apparaître. Par exemple, des premières initiatives sont repérables en formation avec des outils dont la vocation serait non seulement de concevoir le scénario pédagogique mais également de produire les ressources formatives. La plupart des secteurs professionnels relevant du tertiaire verront à plus ou moins court terme des outils d’IA dédiés.

Si je devais parier sur une évolution à venir, ce serait l’implantation de l’IA générative dans les robots humanoïdes tels qu’ils sont apparus il y a une petite dizaine d’années et qui de ce fait seraient davantage capables d’interactions avec les humains.

Est-ce que se former à l’IA est utile ?

L’IA générative évolue à grande vitesse. Les usages d’aujourd’hui ne sont plus ceux de l’an dernier et changeront d’ici quelques mois. Aussi, il est légitime de se demander si se former à l’IA générative est réellement utile…

Comme souvent lorsque qu’une nouvelle technologie fait son apparition, de nouveaux entrants dans le monde de la formation profitent de l’aubaine, les offres de formation se multiplient, de la gratuité jusqu’à des montants à cinq chiffres, il n’est pas très simple de s’y retrouver.

Livre Blanc

QVCT : Boostez le bien-être en entreprise de vos collaborateurs

Durée : 2 min

Depuis quelques années, la Qualité de Vie et des Conditions de Travail (QVCT) n’a jamais été aussi cruciale pour le succès des entreprises ! Avec des attentes en constante évolution, vos collaborateurs recherchent bien plus qu’un simple emploi : ils veulent un environnement où ils se sentent écoutés, valorisés et soutenus.

mockup-livre-blanc-qvct

Imaginez une entreprise où chaque matin, vos équipes arrivent avec le sourire, prêtes à relever de nouveaux défis. Booster la QVCT et le bien-être de vos collaborateurs, c’est créer un environnement où chacun se sent apprécié et y trouve sa place. Non seulement c’est bon pour le moral, mais ça booste aussi la créativité et la productivité !

Quand vos employés se sentent bien, ils donnent le meilleur d’eux-mêmes, et ça se voit dans les résultats. Alors, pourquoi ne pas investir dans des petits gestes qui font toute la différence ? Un espace de détente, des horaires flexibles, des moments de reconnaissance… Tout ça contribue à une ambiance de travail positive et dynamique. Faites le choix du bien-être et regardez vos équipes s’épanouir et votre entreprise prospérer !

Retrouvez dans ce livre blanc des actes concrets et actionnables pour booster la QVCT de vos collaborateurs.

Téléchargez le livre blanc

Actualité Réalisations clients

Future of Work : Evocime s’allie au service Enseignement Professionnel de L’Oréal Division Produits Professionnels pour bâtir un projet d’envergure autour de l’IA

Date :

Cela fait quelques mois désormais qu’Evocime accompagne le service « Enseignement Professionnel » de L’Oréal Division Produits Professionnels pour ses formations clients liées à l’intelligence artificielle (IA). Après de nombreux échanges et brainstorming autour des différents points clés de cette alliance, les équipes ont co construit une feuille de route pour mener à bien ce projet. Voici leur histoire.

EF-rennes-evocime

Des objectifs clairs pour arriver à bon port.

« L’intelligence artificielle » est en marche, on ne cesse d’entendre parler des avancées considérables de cette nouvelle technologie. L’avènement de sites internet tels que Chat GPT (qu’on ne vous présente plus) poussent chaque individu à la curiosité. L’IA s’invite désormais dans nos bureaux.

Les professionnels du monde entier s’apprêtent à composer avec cette nouvelle habitude de travail. Faire appel à l’intelligence artificielle pour diverses tâches sera bientôt monnaie courante, quel que soit le métier.

Nombreuses sont les entreprises, multinationales ou PME, qui souhaitent aider leurs collaborateurs à mettre le pied à l’étrier. C’est là qu’Evocime entre en jeu.

Pour prendre le train en marche et saisir l’opportunité que représente l’intelligence artificielle, le responsable du service Enseignement Professionnel, a fait appel à nos équipes. De cette alliance, deux beaux projets sont nés.

Projet 1 : Un webinaire « L’intelligence Artificielle Générative : votre nouvel assistant ? »

Lors de notre réunion de lancement avec l’équipe projet de L’Oréal, nous avons conjointement défini la cible, les objectifs et le contenu de notre intervention :

  • Sensibiliser les enseignants professionnels à l’IA et dissiper leurs inquiétudes
  • Explorer les possibilités offertes par l’IA dans le domaine de l’éducation
  • Encourager la réflexion sur l’évolution du métier d’enseignant et du secteur éducatif
  • Favoriser la prise de conscience des participants
  • Atténuer les appréhensions liées à l’utilisation de l’IA
  • Susciter l’envie de mettre en pratique pour améliorer l’efficacité pédagogique
  • Offrir une expérience marquante et mémorable aux participants

En définitive, nous avons organisé un webinaire de 45 minutes pour une communauté de 900 enseignants, offrant une immersion rapide et pratique dans le domaine de l’intelligence artificielle. A l’issue de ce webinaire, les participants ont reçu un accès à notre Micro-Learning « Intégrer l’IA dans sa formation ». Les participants ont ainsi pu apprendre à identifier les tâches pouvant être déléguées à l’IA, surmonter leurs craintes face à cette nouvelle technologie et intégrer de nouveaux outils dans leur quotidien professionnel.

Projet 2 : Les jeudis de l’IA – intégrer l’IA dans la formation

Après le succès du webinaire, nous avons mis en place une deuxième initiative de formation destinée à un groupe d’ambassadeurs au sein de cette communauté de formateurs, avec pour objectifs les éléments suivants :

  • Comprendre les fondements de l’IA et ses utilisations dans l’éducation
  • Identifier les tâches métier à déléguer à l’IA
  • Tester et appliquer l’IA générative dans son métier
  • Rédiger des prompts efficaces
  • Intégrer les enjeux éthiques liés à l’utilisation de l’IA
  • Produire un guide de prompts pour l’utilisation de l’IA dans son métier de formateur

Nous avons créé un programme de formation appelé « Les jeudis de l’IA« , offrant chaque semaine des sessions d’apprentissage à la fois synchrones et asynchrones. Notre approche pédagogique met l’accent sur l’engagement des apprenants et la mise en pratique des connaissances dans leur vie professionnelle quotidienne.

Ainsi chaque jeudi, l’apprenant reçoit un « Nugget Learning ».

Les « nuggets » sont de petites unités d’apprentissage, généralement sous forme de courtes vidéos, micro-learning, articles, boîtes à outils, podcasts, infographies ou même quiz, qui se concentrent sur un sujet spécifique ou une compétence particulière.

Ils sont courts et cela permet aux apprenants de se concentrer sur des projets précis sans se sentir submergés. Ces « nuggets » sont conçus pour être digérés rapidement, permettant ainsi aux apprenants de gérer leur temps et d’apprendre à leur rythme.

Retour en image sur les jeudis de l’IA

Service « Enseignement Professionnel » de L’Oréal Division Produits Professionnels x Evocime, ce qu’il faut retenir

À travers ces deux projets, près de 900 enseignants ont eu l’opportunité d’explorer le domaine étendu de l’intelligence artificielle.

Certains participants initialement hésitants à adopter l’IA, de manière compréhensible, ont désormais une meilleure compréhension de cette technologie.

Ils sont maintenant plus disposés à utiliser l’IA pour simplifier les tâches fastidieuses de leur quotidien professionnel, ce qui offre des avantages à la fois pour les apprenants et pour l’entreprise.

Infographie

Infographie – L’expérience collaborateur au service de l’expérience client

Date :

Intimement lié, l’expérience collaborateur et l’expérience client doivent être un enjeu majeur pour les entreprises. En améliorant l’un, l’autre se trouve inévitablement impacté, de façon positive évidemment. Partant de ce constat, comment mettre en place des actions pour faire de votre expérience collaborateur la clé de voute de votre stratégie ?

Je découvre l’infographie
Sports, piscine ou personnes en groupe pour commencer à sauter pendant l'entraînement, l'exercice ou l'entraînement physique avec motif graphique

Nos dernières actualités