Article

QVT : le management participatif est-il la meilleure option ?

Date :

Ces dernières années ont largement bousculé les codes du monde de l’entreprise. Les Français sont plus exigeants et déterminés à trouver un emploi dans lequel ils pourront s’épanouir. La crise du Covid 19 a amplifié ce phénomène, en poussant tous les actifs à remettre en question leur rapport au travail.

Plongée sous l'eau

Face à cette tendance, les entreprises investissent dans la qualité de vie au travail de leurs collaborateurs. Mais quand on sait que la QVT passe en grande partie par le climat social, quelles pratiques managériales adopter ? Le management participatif est-il adapté à toutes les structures ?

Les 4 types de management

Selon Rensis Likert, psychologue américain, on peut distinguer 4 modèles managériaux :

Le management directif

Aussi qualifié d’autoritaire, il est axé sur la supériorité hiérarchique. Le pouvoir est entre les mains du leader qui décide, contrôle et dirige ses subordonnés, sans trop se soucier de leur épanouissement. Les équipes ont peu de liberté et d’autonomie.

Le management directif est vertical et orienté résultat, il est efficace lorsqu’un projet requiert une prise de décision rapide, mais ne convient pas à tous les collaborateurs. Il peut avoir un impact très néfaste sur la qualité de vie au travail (QVT) et mener au conflit.

Le management persuasif

Aussi appelé management paternaliste, il diffère du modèle précédent par sa volonté de fédérer les équipes. Le leader aura tendance à beaucoup plus communiquer. Il est pédagogue, donne des directives cadrées et claires, s’assure de la bonne compréhension et reste à l’écoute des suggestions. S’il est seul décisionnaire, il cherche à remporter l’adhésion du groupe.

Ces pratiques managériales favorisent la cohésion d’équipe, la proximité et de bonnes relations entre les collaborateurs. C’est un bon moyen de maintenir la motivation et l’engagement des équipes.

Le management participatif

Aussi appelé management collectif, ce modèle, généralisé par les start-up, est en plein essor. Basé sur l’intelligence collective, il place l’humain au centre, met à l’honneur l’implication des salariés et bouleverse les codes hiérarchiques avec une structure horizontale. Chaque salarié est impliqué dans la vie de l’entreprise et fait partie du processus décisionnel collectif. Le manger remplit un rôle de coach plus que de responsable. Il soutient, conseille, guide et motive ses équipes.

Ces initiatives sont généralement très appréciées des collaborateurs et contribuent largement à leur sentiment de bien-être.

Le management délégatif

Aussi qualifié de consultatif, ce modèle prône une autonomie totale du salarié. Le manager délègue beaucoup à son équipe, leur fait confiance et reconnaît leur valeur. Plus en retrait, il remplit un rôle plus stratégique qu’opérationnel. Le management délégatif implique une grande liberté et une grande implication de la part des salariés qui doivent se responsabiliser. Il permet l’épanouissement des collaborateurs en demande d’autonomie qui peuvent ainsi prouver leur valeur en s’impliquant. Il peut en revanche être source de stress pour certains profils.

Un management bienveillant pour améliorer la qualité de vie au travail

Les français souhaitent davantage de reconnaissance (45%), de confiance (29%) et de communication (23%). Fondements de la QVT, les pratiques managériales ont un rôle à jouer dans l’amélioration des conditions de travail.

Le management participatif est ainsi plébiscité par beaucoup ces dernières années. En effet, il répond en grande partie aux enjeux et attentes des salariés. En les impliquant, il participe à leur motivation, leur épanouissement et favorise un climat social agréable, conditions sine qua non de la qualité de vie au travail.

Il est toutefois bon de rappeler qu’il n’existe pas de modèle managérial parfait, ni universel. Chaque manager pourra composer en fonction de ses équipes, de la personnalité de chacun. Il est ainsi possible de passer du management participatif à un autre modèle en fonction du contexte car la première qualité d’un bon leader est l’agilité. On appelle ça le management situationnel. Le tout étant de rester à l’écoute de ses collaborateurs et des résultats pour adapter sa posture.

Partagez cette actualité

Notre blog

Groupe de supporters multiethniques célébrant la victoire de leur équipe avec motif graphique
Article

Durée : 3 min

Pourquoi former ses équipes à l’intelligence artificielle ?

Ce n’est plus un secret pour personne, à l’heure des Chat GPT, Midjourney et du machine learning, l’intelligence artificielle est en passe de bouleverser le monde du travail tel que nous le connaissons. Mais cette nouvelle technologie fait débat. Alors que certains craignent d’être remplacés par les machines, d’autres ont compris que l’IA générative se révèle un outil formidable, porteur de toutes nouvelles opportunités. Comment tirer parti de l’intelligence artificielle au quotidien ? Quels outils utiliser pour améliorer ses performances ? Comment faire comprendre l’intérêt de cette technologie à ses équipes et les former ?

Découvrir
Jeunes athlètes en cours d'exécution dans un relais de piste avec motif graphique
Article

Durée : 3 min

Comment adopter un leadership inspirant ?

Il ne fait aucun doute que manager une équipe est un travail qui requiert de l’expérience et un certain nombre de soft skills. Si tout l’enjeu du manager est de maintenir la motivation de ses équipes, rien ne peut mener une équipe aussi loin que la fédérer et l'inspirer. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, devenir un leader inspirant n’est pas qu’une question de talent inné ou de charisme, il est possible de l’apprendre et de cultiver sa posture. Comment faire pour adopter un leadership inspirant ?

Découvrir
Homme en équilibre entre le mur du port avec un pied sur un voilier, poussant le bateau loin de avec motif graphique
Article

Durée : 3 min

Comment améliorer sa performance commerciale ?

La performance commerciale est la capacité d’une entreprise à vendre le bon produit ou service à ses clients. Elle s’évalue en fonction de différents KPI tels que le nombre de ventes, le taux de conversion, le chiffre d’affaires ou encore la marge générée. L’optimisation de la performance commerciale vise à générer plus de ventes en mobilisant moins de temps ou d’énergie. Cela repose en grande partie sur l’équipe de vente, un pivot de l’entreprise, au cœur du développement des sociétés. Comment maintenir une équipe commerciale motivée, compétente et orientée vers les résultats pour améliorer la performance de l'entreprise ?

Découvrir
Voir les articles du blog