La formation en salle : morte ou vivante ?

La formation en salle : morte ou vivante ?

écrit par evocime le 27-06-2018

La formation présentielle : morte ou vivante ?D’après le baromètre Cegos 2017 sur les chiffres clés de la formation, 72 % des formations se déroulent en salle et 44 % des entreprises ont intégré le blended learning dans leurs modalités de formations (vidéo, e-learning, classes virtuelles…).  Face au déferlement des nouveaux modes d’apprentissage, le marché de l’immobilier doit se réinventer pour construire des espaces collaboratifs nouvelle génération, plus adaptés aux attentes des apprenants.

 

Les grandes tendances

Les entreprises, qui ne cotisent plus au 1 % obligatoire suite à la réforme de la formation professionnelle en 2014, cherchent à réduire le budget de la formation.

Le premier réflexe est donc économique. Une formation à distance est moins coûteuse : pas de déplacements des salariés, durées plus courtes, granulation du parcours, réutilisation des outils pour les nouveaux salariés, pas de locaux…

Le second réflexe est pédagogique : il est prouvé qu’un e-learning utilisant des outils de mesure (QCM) et une méthode d’apprentissage à la fois visuelle et sonore a plus d’efficacité mémorielle qu’une formation en salle. Le formateur ou le DRH peuvent d’ailleurs suivre à distance la progression des stagiaires (durée de formation suivie, notes…).

L’émergence du social learning permet également aux apprenants de vivre leur apprentissage en communauté : battles, conversations en ligne, tutorat par les pairs… font de la formation un temps de partage.

 

Que devient la formation en salle ?

Le formation en salle doit se réinventer pour devenir un espace d’échange. Les apprenants, qui auront préalablement suivi le cours en ligne, se retrouveront en salle pour y réaliser des ateliers de coworking, de pratique, d’entraînement ou d’exercices filmés. Ils pourront également suivre des interventions avec l’usage de solutions adaptées et innovantes telles que Magency ou Klaxoon, par exemple.

L’évolution de la formation en salle entraîne fatalement une refonte des espaces de travail : finis les amphis, les tables en U ; bonjour les espaces nouveaux ! Le collaboratif et le cocoon s’invitent dans la formation nouvelle génération, comme dans les locaux de Google Atelier numérique fraîchement ouverts à Rennes.

 

L’évolution du métier de formateur

Finis aussi le PowerPoint descendant et ennuyeux, les schémas ou le paperboard. L’intervenant se retrouve au même niveau de connaissance que les stagiaires ; il doit donc les coacher et les accompagner.

Le formateur doit également intégrer les technologies du digital au parcours de formation pour captiver davantage les apprenants (storytelling, MOOC…). Savoir gérer une plateforme LMS, animer des classes virtuelles, utiliser les outils collaboratifs en ligne, sont des compétences qui deviennent peu à peu indispensables. Le formateur devient e-formateur.

 

Comment devenir e-formateur ?

Evocime lance avec le concours d’Agefos et d’OPCALIA la première formation destinée à apprendre ce nouveau métier passionnant et plein d’avenir !

Découvrez notre formation E-formateur

Non, la formation présentielle n’est pas morte ! Cependant, elle évolue avec les avancées technologiques et les attentes des apprenants qui changent. Le formateur doit s’adapter à ces changements et proposer des méthodes d’apprentissage moins conventionnelles, plus innovantes. L’apprenant a besoin d’être captivé, motivé et acteur de sa formation !

Laisser un commentaire

Les commentaires

A PROPOS

Conseiller, Créer, Digitaliser et Animer les savoirs sont les expertises désormais rassemblées au sein d’evocime.

NEWSLETTER

LES DERNIERS TWEETS

Top